View Sidebar
Lyon : Aucune piste dans l’affaire du braquage de Confluence

Lyon : Aucune piste dans l’affaire du braquage de Confluence

28 avril 2014 12 h 54 min0 comments

Image_BRAQUAGE_BIJOUTERIE

La préfecture de police de Lyon a indiqué ce matin dans un communiqué n’avoir aucune piste concernant l’attaque d’un bureau de change dans le quartier de Confluence, le 04/06/2013. La préfecture indique également maintenir une surveillance accrue du quartier pour les deux prochaines semaines. Un renforcement de la présence policière est programmé à plus long terme dans le quartier.

Un rappel des faits : à 6h30 du matin, deux agresseurs pénètrent dans l’agence AdExchange de Confluence, sur le Quais Perrache. Ils prennent en otage l’employé qui venait d’ouvrir, sous la menace d’une arme. Pendant dix minutes, ils restent à l’intérieur de la boutique, agressent physiquement l’employé, ouvrent le coffre pour y prendre plusieurs milliers d’euros en différentes devises, et s’emparent des enregistrements de l’unique caméra de surveillance.

À leur sortie, les deux braqueurs sont attendus par une patrouille de police, alertée par une alarme silencieuse. Ils ouvrent le feu sur la voiture des agents, puis prennent la fuite dans le terrain en construction voisin. Selon la police, ils auraient ensuite descendu le Cour Charlemagne, puis se sont introduit dans la zone ferroviaire. La police les intercepte sur le pont de la Mulatière, côté rail, une fusillade s’engage. Deux agents sont touchés, de même que l’homme, qui tombe dans la Saône. Son cadavre sera retrouvé en aval plus tard dans la journée. La femme parvient à s’enfuir dans le tunnel, on retrouve une partie de ses vêtements trois kilomètres au Sud.

“Un acte isolé”

Selon la commissaire Henriette Lefebvre, il s’agirait “d’un acte isolé, perpétré par deux personnes peu connue des services de police.” On ignore encore les motivations du braquage, les deux agresseurs ne présentant pas le profil type de ce genre d’acte.

“C’est une atteinte gravissime à la liberté d’entreprendre, et la preuve d’un danger qui pèse chaque jour sur notre profession”, a estimé Bertrand Manou, représentant régional du SNCAF (Syndicat National des Changeurs et Auxiliaires Financiers). Le syndicat devrait être reçu lundi par le maire de Lyon, Gérard Collomb.

Retour au chapitre 2

A propos de l'auteur :

François Marsan est journaliste au Monde. Né en 1972, il est titulaire d'une licence en Lettres Modernes, et d'un Master en Journalisme de l'Université Grenoble 3. Il a couvert la guerre de Syrie, ainsi que les opérations Harmattan en Lybie et Sangaris en Centrafrique. (Personnage fictif de la nouvelle L'oeil)

a écrit 4 articles sur Ex-retis.com.

Leave a reply