View Sidebar
Déclaration de Mme Marianne Le Guen, Présidente de la République, sur les priorités de sa présidence, à Paris le 15 mai 2017

Déclaration de Mme Marianne Le Guen, Présidente de la République, sur les priorités de sa présidence, à Paris le 15 mai 2017

28 avril 2014 12 h 53 min0 comments

Discours fictif conçu par Iriam Arendt, un grand merci à elle.

Mes chers compatriotes,

Aujourd’hui est un grand jour pour la Nation, aujourd’hui est un grand jour pour le Peuple Français.
Vous m’avez confié la plus haute charge de l’Etat pour qu’ensemble nous rendions à la France, sa souveraineté, son unité et sa prospérité dans le progrès.

Mes honorables prédécesseurs, Messieurs Nicolas Sarkozy et François Hollande, se sont chacun leur tour venus, fourvoyés dans l’orientation qu’ils ont donnée à notre pays.
Vous aviez perdu confiance envers le gouvernement, espion éhonté à la solde des Atlantistes et vendeur de tapis en orient ;
Une confusion sans précédent est venue jusqu’à menacer le fondement même de notre République, remettant en cause les plus anciens accomplissements du peuple français, acquis dans le sang et la révolution : il s’agit bien évidemment de notre laïcité.
Nos frontières, ainsi que celle entre espace public et espace privé, ont suffisamment été bafouées pour le plus grand déséquilibre de notre identité, et au grand détriment de notre capacité collective à la fraternité et à l’unité.

En ce jour, le changement a déjà commencé !

Parce que vous avez choisi de sonner le glas des élites kleptocrates,
Parce que vous ne voulez plus de cette nomenklatura, qui sclérose éhontément les rouages de notre Etat,
Parce que l’âme de notre pays ne doit pas être vendue au Léviathan vorace de la mondialisation,
Parce qu’il faut mettre fin aux haines et aux divisions destructrices de l’espace public,
Et parce qu’au fond de chacun d’entre nous, la France résonne encore de tout ce qui a fait sa noblesse, sa grandeur et son avancée par le passé,
Il est notre devoir, de notre plus profond engagement, de rendre à la France sa liberté, son indépendance, et les institutions sociales qui assurent à son peuple Egalité, Fraternité et Prospérité !

Je vous ai entendus, mes chers compatriotes.

La République Française n’est pas morte ! La République c’est vous, Peuple Français souverain!

Transparence, honnêteté, progrès, sécurité !
Je vais dès ce jour, remplir le contrat exigeant sur lequel vous m’avez élu.

Un contrat exigeant, que j’exécuterai avec une détermination inflexible.
Je n’ai pas peur de l’affirmer : charité et laxisme sont l’apanage des corrompus et de ceux que l’on peut acheter. Seule la sincérité est inflexible, et son intransigeance n’est autre que justice.

Le temps des réformes est venu.

La souveraineté est le droit du peuple à se gouverner lui-même, et il n’y a qu’une entité transcendante possible, n’en déplaise à la cyberdémocratie unioniste votée par les parlementaires. Cette entité transcendante, c’est celle constituée par vous tous, françaises et français, peu importe vos origines, votre religion et vos choix de vie. Car c’est ensemble et sous l’égide de la constitution française, que vous transcendez vos différences pour le bien commun, le bien de tous et le bien de notre patrie.
C’est pourquoi je retire le pouvoir constituant du parlement pour le confier au peuple français. Le pouvoir doit revenir aux mains de ceux qui ne sont pas indifférents au sort de la France.

Vous m’avez élue pour que la France redevienne maitresse de son destin.
Pour que la France choisisse ses partenaires économiques et politiques, sans se soumettre aux oukases d’obscures entités supranationales.
Pour que l’identité de notre pays circule à nouveau dans le monde par sa culture, sa production et sa monnaie, débarrassée de la libre-circulation du crime et du capitalisme de connivence.
Pour rendre à la France ses armes morales, politiques et économiques.

Et mes chers compatriotes, une France souveraine dans un monde multipolaire doit d’abord permettre à son peuple d’être souverain sur ton territoire.
C’est pourquoi nous rétablirons de concert, justice et sécurité en nos frontières.
La première des libertés fondamentale est la sureté d’aller et venir, la sureté de marcher dans nos rues à toute heure du jour, et de la nuit.
C’est pourquoi nous entamons sans attendre, le processus de sortie de l’espace Schengen et la construction du premier éco-pénitencier extraterritorial français.
Une France souveraine, c’est aussi une France sure d’elle.
C’est pourquoi je vous propose d’inscrire dans la Constitution, la limite minimale de 2% du PIB pour notre budget militaire.

Et enfin, dans l’assurance et la sécurité de la Souveraineté retrouvée, je rendrais la justice sociale aux français. Je rendrais justice aux français, ce peuple courageux qui a surmonté jusqu’ici les privations et les souffrances, qu’aucune patrie ne devrait laisser traverser à ses enfants.

Je vous demande de continuer à vous battre. Je vous demande de poursuivre l’effort parce que vous n’êtes plus seul. Je vous demande de tenir bon dans le cheminement que nous parcourons ensemble pour vous rendre vos droits, vos emplois et votre sécurité, dans un environnement fiscal plus sain, et pour la vitalité de notre économie.

Mais je ne fais pas que solliciter votre courage et votre endurance. Je vous ai fait la promesse solennelle de travailler au service de la France et du peuple français, au service de la défense de ses intérêts. Il en va de mon engagement fondamental de mettre toute mon énergie, ma détermination et mon audace, au service des grands objectifs que nous avons fixés, de leur réalisation et de leur continuité.

De toutes mes forces et de toute mon âme, je crois en la France et en vous, et j’ai foi en l’avenir.
Le temps des paroles et des discours est maintenant révolu, l’heure d’agir est venue.

Vive la République !
Vive Le peuple français !
Vive la France !

Retour à l’article

Retour au chapitre 2

A propos de l'auteur :

François Marsan est journaliste au Monde. Né en 1972, il est titulaire d'une licence en Lettres Modernes, et d'un Master en Journalisme de l'Université Grenoble 3. Il a couvert la guerre de Syrie, ainsi que les opérations Harmattan en Lybie et Sangaris en Centrafrique. (Personnage fictif de la nouvelle L'oeil)

a écrit 4 articles sur Ex-retis.com.

Leave a reply