View Sidebar
Aigle Englouti, le retour de Léa Fontaine

Aigle Englouti, le retour de Léa Fontaine

28 décembre 2014 14 h 00 min1 comment

Eh bien, ça aura été laborieux…

Résumé des épisodes précédents :

  1. Surcharge : En 2013, Léa est une jeune étudiante lyonnaise de 21 ans, qui partage sa vie entre la fac, la vie chez ses parents, et celle en compagnie de son copain, Jean. Mais tout n’est pas rose au pays de la classe moyenne insouciante et Léa a envie d’évasion. Par le plus grand des hasards, elle est également une emmerdeuse jusqu’au-boutiste avec un respect très réduit de l’existence d’autrui. Elle décide donc, après une soirée arrosée, de braquer une banque. Le casse tourne au vinaigre, Jean est tué et Léa s’enfuit vers la clandestinité.
  2. L’oeil : On retrouve cette chère Léa sept ans plus tard, alors qu’elle est enfermée dans une prison de très haute sécurité en Australie. Le gouvernement français, dissous et absorbé par l’Europe fédérale depuis, a fait d’elle l’exemple de la rigueur et de la tolérance zéro. Voilà qu’arrive un journaliste qui veut lui extirper des secrets d’états compromettants pour… bah gagner beaucoup d’argent (sans voler de slips). Après quelques discussions, ils entrent en contact avec un représentant d’une grosse multinationale qui explique à Léa comment s’évader, en profitant d’une grosse explosion thermonucléaire orbitale. Ce qu’elle fait en cramant toute la bâtisse au passage, ce qui va devenir un running-gag si ça continue. Le journaliste récupère ses informations, Léa est libre et s’engage dans la multinationale qui l’a aidée à s’évader.

Bon bon bon… Et maintenant ?

On retrouve Léa en 2037, alors qu’elle vient de passer dix-sept longues années au service de la EagleEye à mener des opérations qu’on qualifiera de peu recommandables. Ce qui n’a pas amélioré son tempérament. Elle se rend avec son équipe sur Odyssée, une île artificielle au large du Cameroun. Là, ils devront protéger une chercheuse de pointe, Nyobe, contre ceux qui voudraient lui voler ses travaux. La tâche ne sera pas facile car l’île est un véritable sac de nœuds politique, et Nyobe fait preuve d’un manque d’enthousiasme tout à fait manifeste.

Dans cette nouvelle, j’ai essayé de revenir à une structure un peu plus classique. J’étais pas à l’aise sur la première (elle manquait d’explosions et de trucs-du-futur) et la seconde est beaucoup trop chaotique dans sa construction. En même temps, c’était l’idée, mais je doute qu’elle soit si amusante que ça à lire. Pour la troisième, on a un template canonique comme on les apprend en cours de français : Mise en situation, élément perturbateur, péripéties, résolution. Bien sûr, tout n’est pas résolu à la fin (parce que le monde est pourri, et surtout parce qu’il y aura encore une suite). Mais cette nouvelle devrait être beaucoup plus facile à prendre en main.

(Au passage, je dis « nouvelle » mais elle fait 7 chapitres pour près de 22.000 mots, alors c’est plutôt une novella. Sauf que personne ne parle de novella en France, alors je dis une nouvelle. Hashtag #soumission #moutonquifaitcommetoutlemonde.)

J’ai testé plusieurs trucs dans ce texte :

  1. Léa a vieilli, elle a maintenant 47 ans et elle se retourne un peu vers le passé, pour voir ce qui l’a mené là. Elle se remet en cause et tente (enfin) de comprendre les motivations qui la poussent. Confronter ses motivations au monde qui l’entoure ne sera pas sans douleurs.
  2. Maintenant qu’elle bosse pour une multinationale, elle ne peut plus se la jouer loup solitaire comme autrefois. De nombreux personnages gravitent autour d’elle, des adjuvants, des témoins et des opposants. J’ai tenté de tous leur donner une personnalité bien distincte et je ne les pense pas trop caricaturaux.
  3. Enfin, c’est sans doute mon texte le plus politique à l’heure actuelle, toute proportion gardée (c’est pas du Dantec ou du Damasio non plus). Il s’est passé beaucoup de choses depuis notre époque à nous, et ces événements ont des répercussions notables sur le monde dans lequel vit Léa. D’autres événements qui datent d’avant notre époque continuent eux aussi à avoir des répercussions sur le monde que j’essaie de créer. Ça a été un vrai défi de garder à l’esprit tous les paramètres. Certains ont d’ailleurs été négligés, mais ils n’avaient pas une importance notable. Ils reviendront dans des suites éventuelles. Je me dois de remercier João Gabriell et Ciel d’orage pour leur aide sur cette thématique (même s’ils n’en savent rien).

Donc voilà le résultat. J’espère que vous prendrez autant de plaisir à le lire que j’ai eu à l’écrire. N’hésitez pas à laisser des commentaires, à m’envoyer un mail via la page de contact si vous êtes timides ou si vous avez beaucoup à dire, à suivre la page Facebook ou mon compte Twitter, et surtout à partager à ceux qui aimeront ce genre d’histoire. Les précédentes sont disponibles sur la page de téléchargement.

Commencer directement la lecture

[wpdm_package id=’1127′]

[wpdm_package id=’1129′]

[wpdm_package id=’1128′]

A propos de l'auteur :

a écrit 44 articles sur Ex-retis.com.

Leave a reply